You are here

Grands Lacs: Russ Feingold, l'envoyé spécial américain démissionne

L’annonce de la démission de l'envoyé spécial des Etats-Unis pour les Grands Lacs, a été faite samedi par la porte-parole de la diplomatie américaine. Russ Feingold avait pris ses fonctions en juin 2013. Il ne s’était pas fait que des amis dans la région en affirmant haut et fort que les Etats-Unis étaient opposés à un troisième mandat pour le Congolais Joseph Kabila, le Rwandais Paul Kagame ou encore le Burundais Pierre Nkurunziza. Mais ce n’est pas ce qui est à l’origine de sa démission.

Ce n’est pas une surprise. Depuis plusieurs mois déjà, la rumeur courait que Russ Feingold allait quitter son poste. L’ancien sénateur du Winconsin devrait se présenter en 2016 pour regagner son siège au Congrès américain. Russ Feingold est l’une des figures du parti démocrate, très respecté, connu pour être l’un des seuls à s’être opposé au Patriot Act, la loi adoptée après le 11-Septembre, tant décriée pour son caractère liberticide. Un temps, son nom avait même été évoqué pour la candidature à la vice-présidence aux côtés d’Hillary Clinton.

Un poids lourd donc qui sera difficile à remplacer. D’ailleurs, Washington n’a pas encore de successeur en vue, mais du côté du département d’Etat américain, on promet de conserver une attention soutenue sur les Grands Lacs. Russ Feingold était de loin celui qui dans la communauté internationale affichait les positions les plus dures. A l’égard des présidents qui souhaiteraient modifier leur Constitution ou se maintenir au pouvoir par d’autres stratagèmes peu démocratiques. Mais aussi sur d’autres questions relatives aux droits de l’homme. Assassinats d’opposants rwandais, emprisonnement de personnalités critiques au Burundi, protection des civils en RDC, il était sur tous les fronts, au point d’agacer par son intransigeance.

Son intransigeance s’était d’ailleurs récemment exprimée à l’égard de l’armée congolaise et de la Monusco. Pour Russ Feingold, il était impératif que des opérations militaires contre les FDLR aient lieu le plus rapidement possible. Des opérations « propres », sans violations des droits de l’homme. C’était sa priorité. Mais malgré les annonces des autorités congolaises sur le début des opérations, l’envoyé spécial des Etats-Unis pour les Grands Lacs quitte ses fonctions sans avoir vu le premier coup de feu tiré.

Réactions à Kinshasa

En RDC, les réactions à la démission de l'envoyé spécial des Etats-Unis sont diverses : la majorité a des reproches à faire à Russ Feingold, la société civile regrette, et l'opposition rend hommage à un justicier.

Tags: